Commande de 2 milliards en équipements via un privé : L’intersyndicale de la Pna dénonce une “grosse nébuleuse”

0
81
L’achat d’équipements et de médicaments d’une valeur de 2 milliards dans le cadre de la riposte contre le Covid-19 n’a pas fait que des heureux dans le secteur de la santé et pour cause. L’intersyndicale de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna), qui parle d’une “commande nébuleuse” passée par le biais d’un privé, crie au scandale et interpelle le Président Macky Sall. Le ministère dément et précise.
“Des partenaires sociaux de la Pharmacie nationale d’approvisionnement apprennent, à travers la presse, la réception d’une commande de deux milliards (2 000 000 000 FCFA) de francs CFA par le ministère de la Santé et de l’Action sociale. Une commande nébuleuse auprès d’une personne jamais connue dans le matériel médical au Sénégal”, a fustigé l’intersyndicale de la Pna, dans un communiqué parvenu à Seneweb. Et d’ajouter: “Notre surprise est d’autant plus grande que la Direction de l’administration générale et de l’équipement (Dage) du ministère a commandé les produits sans aucune harmonisation avec la Pna qui, a déjà lancé une commande pour ces mêmes produits (masques, charlottes, thermo Flashs, Epi, casaques, gants etc.) sur instruction du ministère de la santé”.
Ces professionnels du secteur de la pharmacie estiment que lesdites commandes “par le biais d’un privé, à qui on donne les moyens de l’État sans aucun respect des règles et procédures, vont sans aucun doute causer des difficultés énormes à la Pna qui a déjà passé plus de cinq milliards de commande sur la base d’expression de besoins faite par les services techniques du ministère de la Santé et de l’Action sociale. Un stock d’une valeur d’un milliard est déjà dans les magasins de la Pna et deux milliards sont en cours de réception”.
Cette pratique “surprenante et discourtoise” constitue, selon eux, “une menace sérieuse et préoccupante” pour la stabilité de la Pna et pour vaincre la pandémie au Sénégal.
“La Pna est presque à genou du fait des créances…”
A les en croire, “la Pna est presque à genou du fait des créances de la dialyse, de la division Sida, de la Direction de la prévention (Dp), de celles des hôpitaux (dépôts vente) et des districts sanitaires (Jegesi Naa, Yeksi Naa)”.
A ce titre, ils demandent au chef de l’État, Macky Sall, de prendre en charge ce dossier et de rétablir la Pna dans son rôle dans le système de santé et dans la riposte contre le Covid-19 en la dotant de tous les moyens nécessaires pour mener à bien sa mission.
Pourtant, rappellent ces travailleurs dans ce document, la Pna, établissement public de Santé, est l’outil stratégique de mise en œuvre de la politique pharmaceutique du ministère de la Santé et de l’Action sociale (acquisition, stockage, distribution et suivi des produits de santé) depuis plus de 60 ans.
“C’est pour cela que le président de la République, Macky Sall, avait, lors du Conseil des ministres du 04 mars 2020, soit deux jours après l’apparition du premier cas au Sénégal, “invité le Msas à accélérer au sein de la Pna l’acquisition, la mise en disposition et la distribution des produits, matériels et consommables essentiels pour une prise en charge adéquate des cas suspects et confirmés dans les structures sanitaires et veiller à la constitution systématique d’un stock de sécurité””, relève la même source.
“Le ministère n’a pas une obligation de passer par la Pna”
Sollicitant, par ailleurs, “l’arbitrage” du Président Macky Sall, ces syndicalistes demandent que “toutes les créances soient payées à la Pna pour lui permettre d’être plus compétitive vu le contexte international actuel”.
Du côté des services du ministre Abdoulaye Diouf Sarr, l’on balaie d’un revers de la main les accusations portées à l’encontre du ministère.
Contactée par Seneweb, une source du ministère de la Santé déclare qu'”il n’y a pas de scandale dans cette affaire, c’est une question de responsabilité et ils le savent très bien. La commande a été faite dans la plus grande transparence et dans la plus grande légalité”. Et de rappeler que “même pour les dons, il y a un comité de contrôle et de suivi à plus forte raison, l’attribution des marchés”.
À l’en croire, ce n’est pas une première que le ministère procède à l’achat des équipements pour le compte des agents de la santé. “Le ministère n’a pas une obligation de passer par la Pna. Cette structure est partie intégrante du ministère de la Santé et de l’Action sociale”, a-t-il ajouté.
S’agissant, par ailleurs, des créances, notre interlocuteur rassure : “La Cmu est dans de bonnes dispositions pour solder la dette, et le ministère va faire tout son possible pour assurer une santé financière à la Pna”.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here